Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

lundi 13 mars 2006

Il va falloir rendre les chaises aux voisins.

"viens t'assoir là, fille"
Elle s'assit lourdement sur le rebord de la fenêtre. Ses yeux parcoururent lentement l'intérieur de la pièce. Elle se sentait fatiguée, usée ; la journée avait été longue... Maintenant que tous étaient partis, elle allait pouvoir tenter de dormir... un peu... Oui, ça avait été une dure journée, lourde d'émotions contenues... "Il va falloir rendre les chaises aux voisins." pensa-t-elle.
"Tu as le temps, fille... Tu verras ça demain" dit sa mère. "On a bien fait, non? pour la piperade... tout le monde a eu l'air d'apprécier."
Alors ça, pour apprécier... Ils s'étaient même gavés ! les marmittes étaient vides, littéralement récurées... comme si la nourriture du corps avait pu d'un coup calmer les douleurs de l'âme...
"J'ai bien aimé ton petit discours" dit sa mère. "tu as dit de si belles choses sur moi... et ces fleurs... mmhhh, ça embaumait! c'était toi, non, le jasmin?
Oui, c'était d'elle, ce chemin de jasmin, fleur préférée de sa mère... "Maman, laisse-moi maintenant... tu dois partir... il est temps, non?"
"Oui, je sais bien... j'y vais... c'est juste que... c'est plus dur que je ne pensais, de te quitter..."

Finalement, elle avait envie de peindre, et plus d'aller dormir... chaises1"Peindre quoi, fille ?"
Tout ça. Cette pièce vide, abandonnée, si calme en même temps ; ces chaises dépareillées, usagées... si chaleureuses ; ce parfum d'abandon tranquille, dans cette pièce réchauffée par le soleil mourant... Ce sera son cadeau d'adieu, pour Elle. Elle lui manquait déjà tant... Elle sentit sa mère reculer doucement.
"Tu l'appelleras comment, ton tableau, ma fille ?"
La voix s'atténuait, s'éloignait, se faisait murmure dans sa tête.... Son regard se posa sur l'urne, emplie de cendres qu'elle irait éparpiller au dessus de l'océan, au gré du vent d'hiver... bientôt.

"Absence. Je l'appellerai absence, maman...".

Je dédie ce petit texte à tous ceux et surtout toutes celles qui ont mal à leur mère...

Posté par patitouille à 10:49 - Prose poêtique - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • C'est un beau présent..un bel instant..

    Posté par arcadia, lundi 13 mars 2006 à 12:26
  • Merci ....

    Posté par Fleur, lundi 13 mars 2006 à 13:56
  • J'avais pas beaucoup réagi dimanche hein... pas besoin, je crois...
    Merci

    Posté par Nan', lundi 13 mars 2006 à 14:35
  • merci à vous deux..

    et merci à celle qui m'a permis de me souvenir de ce moment particulier de ma vie, et qui a abouti à ce petit texte... moment délicat et douloureux, mais très doux en même temps... un moment oublié, ressurgi étonnament ces jours-ci, au détour de mots croisés entre deux blogs...

    Posté par pati, lundi 13 mars 2006 à 14:36
  • non, ma Nan', pas besoin. je sais....

    Posté par pati, lundi 13 mars 2006 à 14:37
  • c'est ......... douloureux et si doux en même temps .....
    c'est magnifique, ça se passe de mots ...

    depuis longtemps mes cahiers sont pleins de mots mis sur mes maux autant que de couleurs sur mes soleils et tout ça me donne envie de les relire, mais c'est encore un peu tôt .....
    plus tard peut être, un jour ou l'autre .......


    merci pour ça ......


    et une jonquille pour toi et ta maman ...........




    sandrine .........

    qui a hâte de te faire un énorme bisou samedi ........


    à très vite

    Posté par sandrine, mardi 14 mars 2006 à 10:12
  • merci pour la jonquille

    j'aime bien les fleurs des champs, ou des bois... petites fleurs sans prétention... tellement plus belles dans leur environnement que dans un vase...

    Posté par pati, mercredi 15 mars 2006 à 11:23
  • Beaucoup d'émotion à lire ces mots...

    Posté par argile rouge, mercredi 15 mars 2006 à 13:06

Poster un commentaire