Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

mardi 12 juillet 2011

Arpèges

Quelques arpèges...le gris du ciel...l'humidité de l'airs'évapore au fil des notesqui s'éparpillentdans la piècevide la mélodie emportele corps et l'âmeelle envahit de sa puissancetout ce qui l'entoure l'artiste est fébrilele frappé, parfois hésitantn'altère en rienl'émotionqui colore son jeu le partage est intenseles aigus soulignentde leur clarté la panique sous-jacentedu pianiste l'auditeur s'en foutil vibre à l'unissonse laisse flotterau gré du phrasé ne pense plus à rien qu'à ce préludequi cogne au creuxde son ventrequi... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 16 juin 2011

Rêve d’enfant

Ce sont d'abord de larges à-plat blancs, puis de longues trainées bleu roi parsemées de légères touches turquoises. Et le ciel apparait, dégradé cotonneux et sublime. Le pinceau s'imbibe de bleu sombre et les cimes se détachent en courbes langoureuses. Un vert profond habille les abrupts ; la forêt dense, touffue, dessine aux montagnes un décolleté généreux : une vallée en clair-obscur vient souligner la beauté des reliefs. Le premier plan s'anime d'un pointillisme vert tendre ; les arbustes, l'herbe sauvage prennent vie et offrent... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 10 juin 2011

un prématuré

Il y a huit mois, commençait une aventure inhabituelle. Un partage hors du commun, un plaisir qui se profilait et qui a dépassé mes plus folles espérances. Il y a huit mois, quatre mains se lançaient dans l'écriture d'un roman. Une histoire de terroir, d'amitié, d'amour et de guerre. Une histoire de vie dans un paysage sublime, une histoire de pierres endormies qu'un rêve fou réveillera. Nous pensions mettre un an à l'écrire... c'était sans compter sur l'énergie qui fut la nôtre, mais surtout sur la force vive qui nous a portées... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:35 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
mardi 31 mai 2011

Ode au manque

TendresseConstancePrésenceTristesse...Tes mains dans mes cheveuxSur mon front fiévreuxTon oreille attentiveÀ mes questionnementsD'enfant.Manque...AmourRiresLarmes et frissonsAbsenceDouceur d'un souvenirFête des mèresParfum des fleursJoli bouquetPlus un collier de nouillesDu plus mauvais effetMais autour de ton couToujours... pour mon sourire.AmourManquePerteSeuleSeule face à mes propres enfantsSans ton appui, ton aideTon expérienceJuste le souvenirDe tes yeux de mamanSur mes boucles brunesD'enfantVivant, vivace, présentAmour, maman. ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 18 mai 2011

Quand les objets racontent une histoire

Je ne suis pas du genre à amasser les objets.Enfin, je dis ça... ceux qui ont vu mon intérieur pourraient être pris en flagrant délit d'hilarité compulsive, vu le bric-à-brac sans nom qui meuble actuellement ma maison, pourtant c'est vrai. Je préciserai donc que je ne m'attache pas aux objets.Si je les perds, s'ils se brisent, cela ne me fend pas le cœur. C'est le destin d'un objet, de traverser nos vies tel une comète sans laisser de trace de son passage (une fois le balai passé, bien entendu...) C'est pas fait pour durer, sinon,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 4 mai 2011

Questions sans réponses

Je sais que je dois te parler, mais je ne sais pas quoi te dire. Les mots font un tas dans mon crâne, ils s’amoncellent depuis des mois. Depuis qu’Haize a vu le jour, depuis que le thème de ce livre est né, ils font bloc, et je tourne en boucle autour d’eux, sans trouver de faille.Et cette consigne de correspondances avec des personnages morts depuis longtemps n’arrange rien. Quand j’ai vu le nom de Jean Moulin dans la liste, j’ai su que je lui écrirais. J’ai bien essayé de biaiser, j’ai été piocher un de mes vieux textes que j’ai... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 11:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

samedi 23 avril 2011

Une écharpe et un feutre...

Cher Jean,Je me permets de vous déranger dans votre éternel sommeil, au fond de ce panthéon où je ne crois pas que vous eussiez jamais pensé reposer un jour...Je suis, comme beaucoup d’entre nous, très admirative de votre parcours d’homme, de la volonté inébranlable qui fut la vôtre de ne jamais céder à quelque pression que ce soit, même la pire des tortures. Petite, je regardais une photo de vous, je vous trouvais si élégant avec cette écharpe sombre autour du cou, ne sachant à l’époque qu’elle cachait la preuve de votre... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 21 avril 2011

Sentiments Contradictoires

Chère Emma, Ah ! Emma ! Emma ! Si vous saviez comme vous m'avez... gonflée, à l'école ! Par 3 fois, j'ai dû décortiqué le livre de votre père, ce cher Gustave... par trois fois, me coltiner vos sempiternelles pâmoisons de vieille jeune fille ! Oui, je l'avoue, je vous ai haïe, Emma. Vous regarder vous emberlificoter dans vos émois adultères, passe encore. Mais devoir les analyser, les soupeser, les comparer... par trois fois ! Une agonie, Emma. Ce n'est pas vous la responsable, je le sais bien. Mais avouez que Gustave a été vache... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 14:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 19 avril 2011

Nautiléa

La grande maison s’éveillait lentement. Située en haut de la colline, elle surplombait le village et les champs avoisinants, offrant à ses occupants la plus belle vue de la région. La vieille femme se plaça devant la fenêtre pour assister au lever du jour sur cette lande sableuse qu’elle aimait tant. Elle sirota son thé d’algues brunes à petites gorgées gourmandes, les pieds posés sur la table basse du salon. Petit à petit, une lumière timide chassait la nuit, révélant les maisons aux murs blancs et aux toits de nacre. L’arrivée des... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 4 avril 2011

Sommeil de pierre

Voici un second (et dernier) extrait de mon marathon de printemps.Je l'ai choisi parce qu'il parle de ce qui me parle au plus profond de mes tripes,et parce qu'il parle aussi du roman qui est en train de voir le jour... ****** Les ruines ne meurent pas.Elles sont les témoins immuables de nos errances, le fondement de notre rédemption.Les ruines racontent une histoire. Il suffit de s’arrêter juste un instant, et de tendre l’oreille. Le temps tisse sa trame dans la roche, le vent érode les chagrins, lamine les angles. Ne subsiste que... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]