Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

vendredi 19 juin 2009

Les conférences

C'est pas le tout, de se sortir de la came. Il y a l'après... Après ma cure, j'ai entamé une thérapie. Et dans cette thérapie était prévu un exercice qui m'a complètement paniquée. On me demandait de témoigner de mon expérience devant des jeunes, dans des lycées. Le but était double : témoigner, bien sûr, essayer de faire en sorte que refroidissent les envies de découverte de certains auditeurs, mais aussi assumer son propre parcours. Reconnaître devant témoin qu'on avait été 'victime consentante', comme m'a sorti un psy bourré de... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 08:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

mercredi 10 juin 2009

Sache que...

Toi, le frère que je n’ai jamais eu,Si tu savais ce que... Tu m’aurais appris un langage connu de nous seuls,Les rires complices et chuchotés,Les jeux partagés, les bagarres pour des riens.Tu m’aurais appris à faire du vélo,Criant de joie à mes premiers succès.J’aurais été si fière de ton regard posé sur moi…Nous aurions dévoré de concert d’immenses tartines de pain grilléCouvertes de confitures maison qui rougissent la langueEt font briller les yeux. On aurait grandi ensemble.J’aurais noué tes premières cravates,Tu aurais râlé... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 4 juin 2009

Comme un souffle d'aile

Puisqu'il faut que la vie soit ainsiPuisque le temps des cerises ne reviendra plusPuisque le jour succèdera au jourEt que la nuit couvrira de sa robe sombre un demain que je ne maîtrise pasPuisque ton rire a lézardé mes doutesPuisque la vie est ainsi faite...Je pars serein. Je veux me souvenir du vent qui envole les jupons soyeux des filles d'avrilDu goût acidulé d'un pamplemousse roseDe la fragrance fleurie d'un matin de printempsDe la chaleur velours d'un chat endormi près du feuDe l'envol des goélands cendrés sur le lac HuronDe... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
samedi 30 mai 2009

Le scribe

Du fond de ma bulle de verre, je contemple ce monde que je ne connais pas. Figé dans ma position favorite, je vois passer des gens étranges, dans des costumes qui me laissent songeur... ainsi, voilà donc le monde d'en-bas ? Aurais-je franchi le fleuve ? Osiris, mon maître, est-ce là ton univers ?Je n'ai point vu de monstres, ni crocodiles aux dents acérées, prêts à me dévorer le corps, ni serpents des profondeurs surgissant du néant pour m'emporter avec eux dans les limbes perdues... mais ce que je vois chaque jour que tu... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 03:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 21 mai 2009

Conversation intime

— Qu'est-ce que tu fais, fille ?— J'écris, papé.— Tu écris quoi, fille ?— Ta vie, papé.— Ma vie ? A-t-elle donc eu tant d'importance ? Je n'étais pourtant qu'un paysan parmi tant d'autres...— Je sais. Mais tu as tant vécu, papé. Traversé tant de tempêtes.— Et tu crois que ça fait de moi quelqu'un d'important ? Que ça m'a rendu différent ?— Important, je sais pas, mais différent, oui. Je le crois, papé. Mais ça m'a surtout changée moi.— Tu as traversé tes gouffres personnels, fille. T'ont-ils changée ?— Je l'espère, papé. Sinon, à quoi... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 23:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 20 mai 2009

Avoir le temps

encore un extrait de mon marathon.oui... j'ai écrit longtemps, et beaucoup... et vous plaignez pas, je vous varie fiction et autobio, alors hein!! ;))) ********** Apprendre à prendre le temps.J'ai longtemps pensé que je ne l'avais pas. J'étais persuadée que je mourrais jeune. Pour deux raisons évidentes. D'abord, ma mère est morte à 47 ans. Donc, je mourrais moi aussi aux alentours de cet âge-là. Forcément. Vous en connaissez beaucoup, vous, des filles qui sont plus vieilles que leur mère ? Ah ! Vous voyez bien. Évident.La... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 15:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 18 mai 2009

La mort... dernier tabou

autre morceau choisi de mon marathon... ********** « La mort fait tellement peur qu'on préfère ne pas la regarder en face, et s'imaginer qu'il y aura une session de rattrapage quelque part dans la stratosphère. » À lire cette phrase de cassy, je me suis demandée si j'avais jamais eu peur de la mort. Impossible de me souvenir. J'en conclue que non.C'est peut-être dû à ce que j'ai traversé, peut-être à ce que j'ai entendu des souffrances de certains de mes proches... ou à ce que je crois, au plus profond de moi.Quelle... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 16 mai 2009

Marathonnage intensif...

En vue de ce marathon d'écriture, que je tenais à faire consciencieusement, j'ai fait une assez longue pause internet. Besoin d'une coupure, dans mes mots, et dans ma présence en ligne. Besoin de prendre du temps pour moi, et pour mon roman.Depuis que j'ai repris le travail, c'est plus compliqué, de trouver le temps de m'y mettre...Ou plutôt, le temps, je le trouve toujours, mais ce n'est pas forcément au moment où j'ai le temps que j'ai envie d'écrire... c'est là la délicate subtilité de la chose.Et finalement, je n'ai pas du tout... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 20:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
jeudi 14 mai 2009

Regard de sable bleu

Le week-end dernier, j'ai marathonné. Grâce à l'initiative d'AlainX, qui nous offre de temps en temps un espace pour le faire, cette année encore, je me suis prêtée au jeu d'un texte par heure, jusqu'à plus soif... Ce coup-ci, j'ai écrit 15 heures d'affilée. Vous en trouverez quelques morceaux choisis, dans les prochains jours.Voici mon premier texte :Le corps est masqué sous de lourdes étoffes bleues. De ce bleu si particulier qui habillent les habitants de ce désert infini. On ne voit d'elle que ses mains, et ses yeux. Elle est ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 20:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 23 avril 2009

État de choc

La rue est le cordon ombilical qui relie l’individu à la société. Enfin, il parait. Il ne sait pas pourquoi cette phrase d'il ne sait plus qui trottine dans sa tête. Telle un mantra, elle tourne en boucle, obstruant tout autre éventuel embryon de pensée. C'est en entrant dans le passage couvert qu'elle a fait son apparition.Il a couru jusque là, au point de suffoquer. Il ne sait pas non plus pourquoi. Pourquoi il a couru, pourquoi vers ce passage... il ne sait pas. Juste ce mantra, en boucle. Respire. Il marche maintenant, les... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]