Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

vendredi 27 avril 2012

Une main tendue

Elle est installée dans son salon, le portable coincé sur ses genoux. Le vent siffle au travers des volets, les fait vibrer contre la vitre. Dehors, la tempête fait rage, les branches du cèdre cognent contre la pergola, qui gémit sous ces assauts brusques et saccadés.Elle sirote son café. Elle se dit qu'elle est bien, là, blottie au fond de son fauteuil, bien au chaud, à écouter les éléments se déchaîner autour de sa maison. Ses doigts courent sur le clavier, ils ont cette espèce d'autonomie que la rêverie inspire. Elle aime la... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 14:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 26 mars 2012

Sans retenue ni contrainte...

Ma fille,Je ne suis pas ta mère, tu n'es pas ma fille. J'ai toujours rêvé d'avoir des filles. J'en voulais trois, j'ai eu trois fils. Trois fils que j'aime de toute mon âme. Mais pas de fille. Impossible de poursuivre cette transmission familiale purement féminine qui a tant compté dans ma vie. Impossible, croyais-je... je me trompais évidemment. J'ai transmis ce que je sais à mes fils, ils l'ont perçu comme un don précieux, enfin je le crois... mais ce n'était pas tout à fait pareil. Et puis tu es arrivée dans ma vie.Dès nos... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 25 mars 2012

Sous une lune opale

J'aurais aimé me fondre dans la beauté de l'ondene plus penser à rien et me couper du mondeJ'aurais aimé voler au gré d'un vent d'ététoucher la cîme des arbres et ne plus retomberJ'aurais aimé teinter mon âme de bleula tête dans les nuages et le coeur amoureuxJ'aurais aimé collectionner les bulles légèresde petits bonheurs simples emplir mon éphémèreJ'aurais aimé apprendre sans avoir à souffrirmais j'aime avoir appris que de tout on peut rireJ'aurais aimé te dire à quel point je t'aimaisle dire et le redire, pour ne rien... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 24 mars 2012

En un mot comme en cent...

Âme, Autrement, caractère, chez, confier, histoire, naturel, penchant, songe, transportsTels sont les dix mots sélectionnés cette année par les partenaires francophones de la semaine de la langue française en France, Suisse, Québec et Belgique.Lancée en 1995, la grand-messe de la francophonie démarre ce samedi 17 mars et se poursuivra jusqu'au dimanche 25 mars prochain.A l'occasion de cette édition 2O12, c'est donc le thème de l'expression personnelle qui a été mis à l'honneur." Dis-moi 1O mots qui te racontent"entend ainsi... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 12 septembre 2011

La veuve qui passe

Au seuil de la mort, je te tutoie enfin, toi qui habite mon corps, fait trembler mes mains, toi qui laboure ma chair de tes griffes de feu. Compagne de mes nuits, de mes jours, de toute ma vie... ma douleur, ma sœur de peine et de chagrin. Mon homme est parti depuis si longtemps, j'ai oublié le goût de ses mains sur ma peau lisse et tendre. J'ai oublié mon âme en route, mon coeur s'est durci, ma peau s'est flétrie, mes cheveux ont blanchi. Je traverse la vie comme une ombre invisible, une silhouette noire, difforme et solitaire,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 12 juillet 2011

Arpèges

Quelques arpèges...le gris du ciel...l'humidité de l'airs'évapore au fil des notesqui s'éparpillentdans la piècevide la mélodie emportele corps et l'âmeelle envahit de sa puissancetout ce qui l'entoure l'artiste est fébrilele frappé, parfois hésitantn'altère en rienl'émotionqui colore son jeu le partage est intenseles aigus soulignentde leur clarté la panique sous-jacentedu pianiste l'auditeur s'en foutil vibre à l'unissonse laisse flotterau gré du phrasé ne pense plus à rien qu'à ce préludequi cogne au creuxde son ventrequi... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 16 juin 2011

Rêve d’enfant

Ce sont d'abord de larges à-plat blancs, puis de longues trainées bleu roi parsemées de légères touches turquoises. Et le ciel apparait, dégradé cotonneux et sublime. Le pinceau s'imbibe de bleu sombre et les cimes se détachent en courbes langoureuses. Un vert profond habille les abrupts ; la forêt dense, touffue, dessine aux montagnes un décolleté généreux : une vallée en clair-obscur vient souligner la beauté des reliefs. Le premier plan s'anime d'un pointillisme vert tendre ; les arbustes, l'herbe sauvage prennent vie et offrent... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 31 mai 2011

Ode au manque

TendresseConstancePrésenceTristesse...Tes mains dans mes cheveuxSur mon front fiévreuxTon oreille attentiveÀ mes questionnementsD'enfant.Manque...AmourRiresLarmes et frissonsAbsenceDouceur d'un souvenirFête des mèresParfum des fleursJoli bouquetPlus un collier de nouillesDu plus mauvais effetMais autour de ton couToujours... pour mon sourire.AmourManquePerteSeuleSeule face à mes propres enfantsSans ton appui, ton aideTon expérienceJuste le souvenirDe tes yeux de mamanSur mes boucles brunesD'enfantVivant, vivace, présentAmour, maman. ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 18 mai 2011

Quand les objets racontent une histoire

Je ne suis pas du genre à amasser les objets.Enfin, je dis ça... ceux qui ont vu mon intérieur pourraient être pris en flagrant délit d'hilarité compulsive, vu le bric-à-brac sans nom qui meuble actuellement ma maison, pourtant c'est vrai. Je préciserai donc que je ne m'attache pas aux objets.Si je les perds, s'ils se brisent, cela ne me fend pas le cœur. C'est le destin d'un objet, de traverser nos vies tel une comète sans laisser de trace de son passage (une fois le balai passé, bien entendu...) C'est pas fait pour durer, sinon,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 19 avril 2011

Nautiléa

La grande maison s’éveillait lentement. Située en haut de la colline, elle surplombait le village et les champs avoisinants, offrant à ses occupants la plus belle vue de la région. La vieille femme se plaça devant la fenêtre pour assister au lever du jour sur cette lande sableuse qu’elle aimait tant. Elle sirota son thé d’algues brunes à petites gorgées gourmandes, les pieds posés sur la table basse du salon. Petit à petit, une lumière timide chassait la nuit, révélant les maisons aux murs blancs et aux toits de nacre. L’arrivée des... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]