Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

vendredi 23 juillet 2010

Vers l'infini, et plus encore

Quand tes verrous cèdent, un à un, ouvrant la voie à ta propre destinéeQuand tes peurs s'éloignent dans un sillage oxygéné qui redonne sens à tes enviesQuand tes angoisses refluent vers hier, peu à peu, insidieusement, laissant le champ libre à ta fertile imaginationQuand peu à peu, tu apprends à oserOser dire, expliquer, oser affirmer... s'affirmer ?Qui tu es, quels sont tes choix, tes rêves, tes besoinsEt quand ta bravoure éclaire ton quotidien, noyant profondément chaque parcelle des doutes qui te définissentQuand ta ténacité fait... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 20:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 10 mars 2010

la dixième muse

écrit pour le printemps des poètes, dont le thème cette année est "Couleur femme" Viens à moiEmporte-moiPuise à la sourceDe mes errancesDe mes rêvesDe mes envies En vie Tu es mon axeMa nourritureTu es ma langueMa flamme ardenteEt de mes peursLe verrou Vers où Tremper ma plumeDans les remous d'encreQui enflent sous ma peau Couleur de motsMots de femmesFemme éternelleIntemporelleQui poétiseL'instant L'un se tendL'autre prend Tu es musiqueTu es folieTu es sagesseEt fantaisie Alors... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 8 mars 2010

histoire de défis à la noix

Cap d'aller voir sous le plancher de la cabane, si c'est vrai que le plus gros serpent du monde y a fait son nid ?Pas cap, le cousin. L'histoire inventée par le papé pour qu'on n'aille pas s'y aventurer au risque de se prendre la cabane sur la tête était bien trop terrifiante pour lui.Cap, moi. Et je me suis pris la plus grosse engueulade de ma vie. Pas grave, j'avais vu... et mon cousin fut tout déconfit de voir qu'il avait eu peur pour rien.Cap ou pas cap, de monter sur ce foutu cheval, deux fois plus grand que nous ?Cap. ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 23 février 2010

Danse, petite...

  — Danse, petite, danse. Écoute les grains éclater sous ta foulée heureuse. Sens comme la vie s’écoule, vois comme elle colore ta peau, comme elle s’infiltre et emplit la barrique. C’est le sang de la Terre, celui qui abreuve et nourrit autant l’âme que le corps. C’est l’odeur de l’automne, qui arrive bientôt. C’est la course du temps, que le travail de l’homme exalte. Ce sont les saisons et leur danse profonde. Tourne, fille, virevolte au son de la vie renouvelée. C’est l’histoire du pays, qui chante sous tes pieds. Mille ans... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 23:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
jeudi 18 février 2010

Premier jour

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 415 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-520092929 1073786111 9 0 415 0;} @font-face {font-family:Verdana; panose-1:2 11 6 4 3 5 4 4 2 4; ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 01:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 13 février 2010

sous l'ombre d'un bungeii, entre hier et demain

Je vis près de toi depuis de nombreux hivers  Tu peuples d’une intense vie mon petit coin de verdure Tu es le premier qui perd ses feuilles Et le dernier qui les voit revenir Tu signes de ton empreinte une présence Douce et indéfectible Tu rythmes l’écoulement Du temps Tu es plus petit que tes cousins cherokees Tu viens de Chine Tu formes une boule dense Cocon de verdure et d’ombre Qui enserre mes tristesses Et les colore de bleu On te voit du ciel, petite boule verte Et... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 00:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 10 février 2010

Souffle d'amour

Image d'AlainX     Et si jamais demain te trouvait l’âme en peineDis-toi que je serai toujours à tes côtésDis-toi que le vent qui chante dans la plaineSera sur ton chagrin comme un baume léger Qu’il se fera caresse, et douce mélopéeQu’il accompagnera tes rires et tes pleursComme il savait le faire, quand tu étais bébéEt lavait ton regard de ses sombres couleurs Même si je ne suis plus tout à côté de toiGarde au creux de ta main l’empreinte de la mienneQu’elle soit ton phare, un guide, une ancre pour tes pasJe serai... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 28 janvier 2010

En accéléré

Ma vie se déroule à l’envers. Lancée à toute allure, mon train me mène En ligne droite à la fin de toute chose. De part en part, la vie des autres s’écoule Je la vois en accéléré, je n’en distingue rienElle est tellement étrangère à ce que je suisJe ne suis qu’une ombre de la nuitUne ombre qui dérangeQui va plus vite que la vie mêmeDehors, tout est noirceur, bassesseFaux semblants, lâcheté HypocrisieTout n’est qu’uniformitéTout se ressembleA la même dégaine et les mêmes refusEnfermé dans mon wagon, je n’en vois qu’une ruée sombreQue... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
samedi 26 décembre 2009

La maison

C’est comme une maison. Une de ces maisons de province où l’on vient se ressourcer.Au début, on y vient seul. L’amie nous l’a fait découvrir et dès la première visite, on savoure la paix et la nouveauté du lieu. On fait le tour du propriétaire, on prend ses marques. On s’installe un petit coin tranquille dans le jardin, à l’ombre d’un bel arbre.Et puis aux beaux jours, la maison se remplit. Les langues se délient petit à petit, s’acclimatent à la chaleur du climat. C’est le temps de l’été, de la découverte et de l’échange.À... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 3 décembre 2009

Retenir le vent

— Tu ne m'aimes plus ?La femme penche la tête sur le côté, sans répondre. À quoi bon répondre... quand on pose une question, c'est qu'on a la réponse, sinon on se tait.Il a avancé la main, d'un geste inachevé, incertain. Ses mots flottent entre leurs tables, images de ces mondes intérieurs, insondables et muets, qui les gouvernent à leur insu. Sensation d'avoir laissé trop longtemps la rivière suivre un cours indompté, d'avoir perdu le contrôle. Trop de non-dits...La femme tripote le sachet de sucre de son café, le malmène, le... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]