Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

jeudi 14 mai 2009

Regard de sable bleu

Le week-end dernier, j'ai marathonné. Grâce à l'initiative d'AlainX, qui nous offre de temps en temps un espace pour le faire, cette année encore, je me suis prêtée au jeu d'un texte par heure, jusqu'à plus soif... Ce coup-ci, j'ai écrit 15 heures d'affilée. Vous en trouverez quelques morceaux choisis, dans les prochains jours.Voici mon premier texte :Le corps est masqué sous de lourdes étoffes bleues. De ce bleu si particulier qui habillent les habitants de ce désert infini. On ne voit d'elle que ses mains, et ses yeux. Elle est ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 20:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 23 avril 2009

État de choc

La rue est le cordon ombilical qui relie l’individu à la société. Enfin, il parait. Il ne sait pas pourquoi cette phrase d'il ne sait plus qui trottine dans sa tête. Telle un mantra, elle tourne en boucle, obstruant tout autre éventuel embryon de pensée. C'est en entrant dans le passage couvert qu'elle a fait son apparition.Il a couru jusque là, au point de suffoquer. Il ne sait pas non plus pourquoi. Pourquoi il a couru, pourquoi vers ce passage... il ne sait pas. Juste ce mantra, en boucle. Respire. Il marche maintenant, les... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 20 avril 2009

Distribution des rôles...

J'aurais bien aimé être une chaise de jardin.Une de ces veinardes qui se décolorent au soleil, une de celles qu'on plante au milieu de la pelouse, avec une copine à elles en face pour y poser des pieds nus et oisifs. Une chaise de détente. Qui sent bon les week-end, le barbecue et les siestes à l'ombre. Une chaise autour d'une table, juste après un bon repas dehors, à l'heure du café et du digestif, à l'heure des discussions futiles ou sérieuses. Une chaise qu'on trimballe au gré de l'humeur, pour suivre l'ombre sous le ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 26 mars 2009

Contact

  — Comment tu te sens, aujourd'hui ?  — Fatiguée. J'ai pas envie de parler.  — Comme tu veux.Le silence s'installe. J'attends, essayant de rester neutre. Sereine. Elle me regarde, lance des coups d'œil furtifs. Mon regard se vrille au sien.  — Me regarde pas comme ça.  — Et comment veux-tu que je te regarde ?  — Me regarde pas du tout.  — Tu préfères que je revienne plus tard ?Un silence. Je la sens hésiter. Je sais qu'elle a des choses à dire. Elle a juste besoin de temps. Je me lève et m'approche... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 20 mars 2009

écorce de figues

Sentir l'écorce sous mes doigts.La peau rugueuse de ce figuier m'ancre à ma réalité. A ma vie. A mes racines et à mon futur. Ses méandres infinis sont comme le chemin que j'emprunte, sinueux et sans fin.Me fondre dedans, dans cette force vive, dans ce magma d'amour qui toujours m'a portée. Être aussi vivante que cet arbre, recevoir autant qu'il en a accueilli, autant de maux que de mots.Paroles d'hier, qui m'ont construite, et fondée. Écrits d'aujourd'hui, qui témoignent de mon existence, de ma trace en ce monde.L'arbre qui... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 13:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 11 mars 2009

Le Monde et la taupe sur son dos

La réalité est que le monde tourne sur lui-même. Que le Soleil est son axe, et qu'il lui tourne autour comme une mouche autour d'un pot de miel.La réalité est que le monde est monde, et que s'il tourne sur lui-même, c'est qu'il a dû perdre quelque chose... il a perdu la boule, ou la mémoire, ou bien le temps qui coule comme le sable dans son entonnoir de verre.La réalité est que le monde me porte. Qu’il m’emporte sur son dos et me laisse voyager. Qu’il m’inspire des mots qui n’ont ni queue ni tête, mais qui sont miens, et que je lui... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 7 mars 2009

Patatras !

Deux corps qui se mêlent,Soupirs à l'unisson.L'instant est éternel,Il brûle de passion.Ils sont loin, en vacancesSous un soleil de plomb.L'olivier se balanceAu gré d'un vent fripon.La chambre est accueillante,Le matelas rebondi,Les cigales qui chantent Masquent les bruits du lit.Un vieux lit en bambouD'un charme romantique.Des draps où il se noueUne lutte érotique...Tout est réuni pour que l'instant soit beau.Rien ne peut troubler leurs impétueux ébats.Soudain au plus fort de leur vibrant assautLe lit s'effondre sous leur poids,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 00:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 1 mars 2009

Papé...

Tu t'appelais Roland. Je t'ai toujours appelé papé.Depuis que j'écris, j'ai souvent parlé de toi. Longuement. Beaucoup de mes fictions sont pleines de toi. Et de moi avec toi.Et cette presque payse me demande d'écrire sur mon grand-père.Alors je vais encore parler de toi. Un peu.Si les femmes de ma famille ont transmis leur expérience dans mon coeur et ma mémoire, tu m'as offert ta force. Je te dois mon amour inconditionnel des livres, et de la plume. Je te dois une curiosité immense, qui me pousse à écouter l'autre, et prendre ce... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 22 février 2009

Ecrire : acte de vie

Écrire n'est pas anodin. C'est un acte intime, qui dévoile ce qu'on a de plus fragile, de plus caché... écrire, c'est parfois inventer un monde imaginaire, où notre prose s'installe à son aise, où nos vers s'emmêlent pour créer une douce musique... Mais écrire, c'est aussi vomir nos errances. C'est poser un regard détaché sur ce qui heurte, fait mal. C'est regarder en arrière avec des mots d'aujourd'hui, pour mieux cueillir demain. Écrire, ce fut ma bouée de sauvetage. Écrire m'a maintenu en vie. J'ai longtemps eu le sentiment d'être... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 05:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 21 février 2009

Je me souviens

Je me souviens... la peur, le mal, le désespoirJe me souviens... de vos regards de juge qui condamnent sans savoir. De vos pas de côté, quand vous dépassez, vautrée sur un trottoir,  la chose en sursis... De vos regards froids, qui ne voient que renoncement et manque de caractère là où seul le désespoir et le vide comblent une vie.Que savez-vous de ses terreurs, de ses cauchemars, de ses envies ? Rien. Si ce n'est qu'elles posent une ombre indécente à vos vies bien rangées. Qu'elles dérangent votre vision idyllique d'une vie... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 14:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]