Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

samedi 30 août 2008

Aube d'hiver sous la couette

Entre chien et loup, un frisson de luxure...L'heure de l'hiver et de ses doux murmures.Tout est silence et froissements soyeux,L'heure de lover nos corps contre nos cœurs heureux.Ta main sur mon dos,Mon corps dans un flotD'amour, un brûlotInfini... j'ai chaud.Un océan glacé et des flocons poudreuxSous la couette, je rêve...Nos peaux se mélangent sous une averse bleueEt pour nos corps, la trêve...Je regarde émue mes mains te rendre vieQuand d'un sursaut fiévreux, tu m'enlaces à l'envie.C'est un autre ressac qui enflamme ta peauEt je... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 20 mai 2008

La gigue de la vie

Ce matin, pour la première fois depuis longtemps, je suis sereine. Finis, les cauchemars et les sueurs nocturnes ! Dieu que ça fait du bien de ne plus se poser les mêmes questions, tout le temps... quel repos d'un coup ! Pour la première fois depuis longtemps, je me sens bien, incroyablement bien. En paix. Je dirais même joyeuse ! C'est vrai après tout, je peux bien m'octroyer ce droit. Je l'ai amplement mérité. J'ai la sensation d'avoir erré une éternité. D'avoir perdu ma route, égaré mon but. J'ai gaspillé une vie à des riens... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 12:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
vendredi 16 mai 2008

Les neuf vies du chat... portrait

Il parait que le chat a neuf vies. Qu'il les consomme l'une après l'autre, au fil de ses besoins. Alors j'ai dû être chat, ou l'être encore.Aujourd'hui, je suis plus vieille que ma mère ne le sera jamais et cela perturbe le regard que je porte sur ma vie. J'ai 48 ans, le cheveu plus trop noir, le teint plus trop frais, la démarche plus trop assurée. Mon corps crie souvent grâce, m'implore un repos bien mérité à coup d'arthrose et autres jérémiades et pharmacopées... je l'écoute rarement, j'avoue. Mais il sait se faire entendre,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 01:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
samedi 19 avril 2008

L'invitée des parisiens

  image d'AlainX    Chaque matin, c'est la même histoire. Je sors alors que l'aube n'est encore qu'un concept. À l'heure où la nuit n'a pas encore dit son dernier mot et où le jour dort encore. J'aime marcher dans cette demi-obscurité. Les autres dorment, s'accrochent à ces derniers moments de sommeil avant que leur réveil ne leur somme de se mettre au travail. À cet instant, le temps est à moi. Il m'appartient.J'ai l'impression de grignoter quelques instants à la vie. Vivre. Plus. Encore plus. Vivre... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 11 mars 2008

Nocturne pour doigts agités...

sur le thème du virtuel, toujours et pour finir, le texte envoyé pour la consigne de la semaine. le texte devait commencer par "derrière l'écran..." ********* Derrière l'écran, je fume, je bois un café, je lis.Derrière l'écran, je butine, je collecte.Derrière l' écran, j'écris aussi. J'ai laissé glissé les mots de mon intime vers le clavier. Ils ont parcouru toute ma vie pour aboutir sur cette toile étrange. Agglutinés à ceux des autres, ils forment une nasse, où viennent se perdre des yeux avides. Avides de quoi, me... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
mercredi 5 mars 2008

à la façon de ...

Sur l'écran blanc de mes nuits noiresJe valse avec mes souvenirsSur l'écran noir de mon désirMoi, je punaise tout l'espoirQue je met dans mon avenirLa Garonne emporte mes larmesEt je noie ma mélancolieJe veux qu'elle rende les armesDans un nuage rouge et parmeAu fond du canal du MidiQuarante années de doutes, des combats pleins les piedsJ'aspire au repos du guerrierJe crois l'avoir bien méritéMais déjà tu emplis mes songesEt dans ton amour, je me plongeSur l'écran noir de mes nuits blanchesLe piano joue, me dévergondeQuand de tes... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 19:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 1 mars 2008

dans l'azur d'un ciel indifférent.

image de CoumarineIl n'en a parlé à personne.Il s'est assis sur le banc, à l'ombre des oliviers centenaires.Il a rectifié le nœud de sa cravate à pois et a perdu son regard glacier dans l'azur d'un ciel indifférent.Son visage n'a laissé nul émoi transparaitre. Juste assis là, à l'ombre des oliviers séculaires, il a laissé sa vie couler hors de sa mémoire, l'a étalée devant lui.Il l'a bue encore et encore, la lie de sa vie. À s'en saouler de désespoir.Rien n'est venu percer cette terrible solitude. Même les oiseaux ont stoppé leur... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
vendredi 29 février 2008

Le trésor du bord de Seine

peinture de cyrille jubertCe jour-là, j'avais décidé de m'adonner à un de mes passe-temps favori. Il faisait beau, l'air doux et parfumé du mois de mai accompagnait mon errance tranquille le long des bouquinistes du bord de Seine.J'aime tout particulièrement ces échoppes d'un autre temps, de plus en plus rares et donc de plus en plus précieuses. Symboles du Paris que j'aime, elles m'ont fait découvrir bien des trésors, cachés derrière de vieilles couvertures écornées. J'aime les vieux livres. J'aime leur odeur de papier poussiéreux... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 20 février 2008

Couleur pourpre

J'ai sorti mon cahier à couverture rouge de mon grand sac. Mon cahier. Tout mité par les ans. Tout noirci par mes doutes.J’ai sorti mon stylo à plume et l’encre pourpre. Celle qui accompagne mes maux quand je les couche sur le papier.Puis j’ai sorti un beau cahier tout neuf. Plein de blanc, d’un blanc porteur d’inconnu, étalé sans pudeur devant mes yeux fermés. Oser franchir ce cap étrange de l’indicible et de l’intime. Un cap, oui. J’ai mis ma vie à oser simplement y songer, à franchir ce pont entre mon passé et mon devenir. Il... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 08:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
vendredi 11 janvier 2008

Histoire d'une vie

Hier encore, j'avais le temps. Je me prélassais, passais des heures à rêvasser langoureusement, enfoncée jusqu'au cou dans une tendre monotonie.Hier encore, j'allais bien. Je grignotais mes secondes, laissais celles des autres couler sur moi, comme une douce rosée rafraichissante, oubliant qu'elles ne sont pas éternelles.Hier encore, j'étais jeune. J'avais l'avenir devant moi, et je m'en foutais comme de l'an 40. Je grillais ma vie comme mes cigarettes, une année après l'autre... J'étais tendue vers mon présent, avais ravalé... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 01:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]