Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

mardi 8 janvier 2008

Fils de...

voici un texte écrit pour la première consigne d'écriture d'un tout nouveau forum dédié aux belles plumes, le kaleidoplumes. visitez-le, il en vaut la peine :))pour cette 1ère consigne, il fallait pondre une bafouille au papa noyel, doublée d'une demande de cadeau inhabituel... voici ce que ça m'a inspiré : Père Noël,Tu vois, tout vient à point à qui sait attendre, comme on dit... il aura fallu tout ce temps pour t'envoyer ma première lettre. Et donc ma première demande.Elle est un peu... particulière. Comme moi, à ce qu'on... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 15:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

dimanche 11 novembre 2007

souvenir de cendre

     photo de CoumarineTante Babette prit une longue inspiration et regarda la photo. Biscuits dorés et jaunes soleil, fleurant son automne, elle avait sous les yeux une facette de son passé.Des années qu'elle refusait à ses souvenirs le droit à son présent. Mais pourquoi lutter, au fond ? Il était temps de faire la paix avec elle-même, avec sa vie et son cortège de rêves déchus. Par flemme parfois. Plus souvent par peur.Elle avait toujours eu peur, n’avait jamais osé. Osé quoi, vaste question. Elle n'en savait rien.... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 8 octobre 2007

L'escalier du temps

      image prise iciFlash. Douleur. Néant. Elle n'a pour mémoire que ces seules sensations violemment imprimées dans sa chair. Elle est dans une chambre d'une blancheur immaculée. Un hôpital, sans doute. Alors sa douleur doit être normale, même si elle dévale les pentes de son corps tel un ressac insoutenable. Dormir. Un homme. Un docteur ? Brun, immense, une tignasse ébouriffée au-dessus d'un front sans fin. Et des yeux sombres arrimés aux siens. Il parle. Lui explique visiblement ce qu'elle fait là. Elle... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
mercredi 8 août 2007

Le tatillon.

Ce que je venais de dire à la vieille marquise Guy de Ruy était l'exacte vérité. Oh bien sûr, le choc fut rude. La pauvre femme, à son âge, apprendre une telle chose, ça remue. Cela faisait des semaines que je planchais sur le sujet. Il faut dire que je suis un as, dans ma catégorie. Je ne laisse jamais rien au hasard, jamais. Aucune once de détail ne m'échappe. On ne me surnomme pas "le tatillon" pour rien, ah non ! Alors autant vous dire que j'étais sûr de mon fait. J'avais fait la connaissance de la marquise lors d'une... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 11 juin 2007

Ebène sur ivoire

photo de Nicola RanaldiExcuse-moi, c'est une erreur, dit le hérisson, en descendant penaud d'une brosse à cheveux.Excuse-moi, c'est une erreur, dit la punaise, en transperçant frénétiquement son voisin.Excuse-moi, c'est une erreur, dit le chat, en sortant à reculons de la niche du chien. Excuse-moi, c'est une erreur, dit la femme à son fiancé, en arrachant son voile de mariée.Excuse-moi, c'est une erreur, dit le violeur à la gamine avachie à ses pieds.Excuse-moi, c'est une erreur, dit l'homme à sa femme, le parfum de sa maîtresse... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
samedi 9 juin 2007

Empreinte

dernière prose poétique, pondue pour le marathon... celle-là est sortie de mes doigts sans mon accord, ou du moins sans que j'en sois consciente... impression très étrange, de découvrir un texte bien après l'avoir posé sur ce forum... C'est court, une vie. On a beau l'emplir de tout ce qu'on ramasse en chemin, qu'en reste-t-il au bout du compte ? Sinon un fatras de vieilleries qui n'intéressent personne et qui finissent par pourrir au fond d'un vieux grenier. Tous les mots prononcés s'enfuient dans l'air léger d'un matin... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 8 juin 2007

Transhumance

Avant-dernier texte pondu durant le marathon Transhumance. Ce matin, un âne a frappé à ma porte. Il avait sur son dos ma vie en bagage, Bien rangée au fond des sacoches de cuir Qui pendouillaient le long de ses flans. Une vie toute entière au fond de ces besaces ne semblait pas peser bien lourd. Aurais-je si peu vécu que pas même un infime détail n'en dépasse ? Il me regardait, tranquille, ses yeux de velours caressant mon chez moi. Je me suis perdue dans ces deux lacs profonds. J'y ai perdu le Nord. Et la notion du... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 08:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
jeudi 7 juin 2007

L'eau

Comme prévu, la suite de ma prose pondue durant le marathon : L'eau. Elle a tombé le masque. Envie de fuir, loin. Envie d'espace, de silence bleu. D'un ronflement tranquille et doux. D'un ressac léger et clapotant. Envie d'eau. A perte de vue. Se perdre dans l'horizon d'eau.Elle est fatiguée. Tellement. Tant d'années se sont déposées commes des larmes sur sa peau. Si sèche, pourtant.Elle est seule. Depuis ... elle ne sait plus quand tant le temps emplit le temps. Elle a l'impression de l'avoir toujours été. Même entourée de ceux... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mardi 5 juin 2007

démon des mots

suite des textes pondu durant le marathon - épisode 2 Quand la douleur est trop forte.Quand l'émail de mes mots se cogne à mes mauxQuand de dedans monte en moi une pulsion froideDe vider mon sac, d'ouvrir les vannesDe piquer un coup de gueule ou un cri de révolteDe désenfouir mes démonsQui me cisaillent le coeur et l'âme J'écris. Quand ma joie est profondeQuand sous mes doigts monte un flot de souriresQuand d'un regard je réapprivoise l'enfant que je suisDans toute la beauté d'un matin de roséeDans le souffle de mon fils... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 15:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
dimanche 3 juin 2007

la terre

marathon terminé, pour moi :) je l'ai effectué en deux temps. l'un en écriture bographique, l'autre en prose.le premier s'est imposé tout seul, a suivi seul son inclinaison, qui allait à l'encontre de la mienne. Un besoin de laisser glisser les mots sur un terrain connu, sans doute. il m'est beaucoup plus facile d'écrire sur ce que je connais bien, c'est-à-dire sur moi, que "construire des proses", comme j'aime à dire :)le second est né de mon coté têtu... je voulais ce marathon en prose, il y en aurait, na ! vous... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]