Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

vendredi 1 juin 2007

Les paumés du quatrième

Le samedi, c'est plus tranquille. Il y a moins de monde. En général, je prend la petite table du fond. Celle qui jouxte la fenêtre donnant sur le parc. Mon regard se perd dans le balancement harmonieux des branches des grands chênes centenaires qui trônent au milieu de la pelouse soignée. C'est doux. Ça repose. Je sens mes muscles se détendre un à un, mon souffle reprend de l'ampleur. Mes mains enserrent mon gobelet de café, se réchauffent aux amères volutes. J'ai froid. J'ai tout le temps froid, ici. Clinique des trois chênes. Se... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 14:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 21 mai 2007

Le pantin

  photo de CoumarineImmobile devant la glace de ma salle de bains. Je détaille ma peau flasque, mes yeux tombants, mes jambes décharnées. Qu'il est terrible de vieillir ! Voir son corps se ratatiner un peu plus chaque jour, s'éloignant de plus en plus de ce que l'on pense toujours être. Jeune dedans, croulant dehors.Je ne suis qu'un vieux croûton qu'on ne servirait même pas en salade.Oh ! Je fais des efforts. Je m'arrange, redresse mes épaules, colle un sourire à ma face comme dirait l'autre... Le problème est que je ne trompe... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 6 mai 2007

Conversation ordinaire

photo : Jean-Sébastien MONZANIje dédie ce texte à celle qui me l'a inspiréqui lutte, jour après jour contre sa phobieet dont j'admire le courage infini.Ma voiture n'a pas démarré ce matin !T’es dans la merde...Comment je vais faire pour aller bosser ? Pour sortir ! PourVivre ? Ah !Pas paniquer. Surtout ne pas paniTu vas pas y arriver.Pas le choix.Y a qu'à prendre leAh non, pas ça !Tu préfères traverser la ville à pied ?Non, pas le train !Allez bordel ! Bouge !Bon, mon sac. Mes clefs. Mes lunettes. Mon livre. Mes anxios.Une pilule pour... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 12:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
vendredi 20 avril 2007

Colère de muse...

Et maintenant, ça suffit ! Marre des compromissions, des mensonges, de l'hypocrisie. Ça suffit, oui ! Je me taille, l'artiste. Je te laisse le soin de continuer tout seul ! Oh je me doute bien que tu vas râler, tempêter, hurler, pleurer même ? Eh ben, je m'en fiche ! Je te hais, toi et tes hésitations idiotes ! Toi, l'Harpagon des temps modernes, avare de tout, surtout de toi-même ! Tu vis seul, en haut de la cathédrale de la Sainte Vanité de ta petite, toute petite personne ! Au milieu des gargouilles que tu rends belles, tant tu... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 14:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 2 avril 2007

Jacques

  image de Gilbert garcin"J'ai presque une heure d'avance." Jacques est content. Fier de lui.C'est un petit vieux charmant, Jacques. Une silhouette longue comme l'ombre des lampadaires un jour d'automne, une auréole de cheveux blancs comme la neige des matins d'hiver. Le regard de Jacques vous scotche par sa profondeur. Quand vous avez la chance de le croiser, bien sûr. Parce que Jacques ne regarde pas les gens. Il regarde... ailleurs.Il vit dans la vieille ferme à l'orée du village. Personne ne sait ce qu'il y fabrique... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
dimanche 25 mars 2007

Promesse

Il faut que je vous dise... j'ai menti.J'avais promis un jardin de roses, vous n'avez eu qu'un champ d"épines.Un champ de ruines qui s'est planqué au fond d'une étendue d'eau morte.Morte en apparence mais qui brûle son mal sous un limon vert et silencieux.Un silence qui engloutit le bruit que fait mon coeur qui tend vers vous.Vous qui m'aimez. Oui j'ai menti.Et j'enrage de n'avoir su contraindre mes mots à une plus grande vérité.Car la vérité m'oblige à le dire : vous aimer me déshabille de mon calme apparent.Apparence... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 19:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 9 mars 2007

Prisonnier...

Ça fait huit jours exactement que je suis enfermé ici. Huit jours de solitude, d'enfermement. Huit jours que je n'ai vu personne. Ma prison est singulière. C’est une maison. Et si j'en crois la photo accrochée au mur de la cuisine, c'est une belle maison. De ces vieilles maisons de campagne où l'on imagine sans peine une ribambelle d'enfants la peupler. Un de ces endroits qu'on pourrait prendre pour le Paradis. Pas un bruit ne filtre du dehors, ne vient rompre ce silence assourdissant. A croire que toute vie a disparu de la... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 19:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 13 février 2007

D'un angle à l'autre d'une vie.

Je suis restée une heure environ dans la salle de bains. Une heure à me demander quoi faire. Une heure à tenter de m'ancrer dans cette vie qui est la mienne. Une heure à me convaincre que je peux avoir confiance.Et une heure plus tard, j'en suis toujours au même point... Je l'entend derrière la porte. Il chantonne, est heureux de mon retour. Il a ce drôle de mignon sourire plaqué aux coins de sa bouche ourlée, le même d'ailleurs qui est présent sur les photos de nous qui émaillent les murs de la maison. "Tu es heureuse, ma... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 12:11 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
lundi 29 janvier 2007

Pour un rire accroche-coeur.

J'ai volé mon âme à un clown Un soir de gai cafard et de langueurs fétides Un soir où tout bascule au moindre coup de vent Au moindre coup de sans  Un soir à ne pas mettre une âme dehorsUn soir qui était un matinLe matin d'un autre futur, à condition d'avoir une âme... Alors j'ai volé son âme à un clown pour me l'approprierVol au-dessus d'un nid de damesPour dragueur épervierVol au-dessus d'un nid de larmesPour un coeur en chantierEnchanté de mon vol, j'ai chanté... Mais les notes s'enfoncent dans ma gorgeEt mon nez rouge... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 22 décembre 2006

Rencontre...

Je crois bien que j'ai attrapé un coup de soleil. Ma peau me chauffe à sang, rouge sang comme ma robe rouge. Ma robe des dimanches, ma belle robe, virginale robe déflorée, abimée, souillée. Je suis si fatiguée. J'aurais dû m'arracher les pieds plutôt que d'aller me promener, aujourd'hui. Rester sagement sur mon fauteuil, à rêver, à rester petite fille. Mais il faisait si beau. Si chaud. J'avais tellement envie de cette baignade, après tous ces jours de pluie. De gris. Envie de couleurs, de châleur, de vie. D'envies.Je me suis... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]