Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

samedi 14 novembre 2009

Et c'est le temps qui court, court...

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } A:link { so-language: zxx } --> Le temps qui passe...Ça fait tellement longtemps que je n'ai pas eu le temps d'écrire. D'écrire vraiment, de me poser pour un long moment, avoir le temps de choisir mes mots, les regarder s'aligner les uns après les autres. Il faut un miracle pour que je puisse m'octroyer un instant tranquille, à faire ce que j'aime, sans être dérangée... Ce qui m'ennuie, c'est qu'en ce moment, je n'ai pas le temps de me rendre compte... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 02:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

jeudi 5 novembre 2009

Amitié, hisoire d'une mutation

Il y a quelques temps, j'ai vu une émission très intéressante,. Elle laissait la parole aux "cinquantenaires". Une sorte de bilan de leurs expériences de vie, de là où ils en étaient...C'était très sympa, comme reportage. Et puis c'est devenu passionnant.Une femme disait son étonnement devant un fait qu'elle avait remarqué, autour d'elle. Elle nous racontait comme l'amitié avait changé de statut, entre la vie de ses parents et la sienne. Et quand elle a dit cela, j'ai eu comme un impact au fond de mon crâne de fausse... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mardi 27 octobre 2009

la blanche hermine et le putois

    Il était une fois Gaston, un putois, qui se mourait d’amour pour Dora la blanche hermine. Mais la belle restait insensible au charme… décoiffant de Gaston.    — Non mais franchement, mon pauvre ami, regardez-vous, disait Dora, hautaine, vous ne ressemblez à rien ! Ressaisissez-vous, que diable ! On dirait un STF ! (ndlr : Sans Terrier Fixe)Mais le pauvre Gaston déversait son chagrin, inconsolable :    — Ah, j’ai perdu mon eau, Dora ! Je ne suis qu’un poivrot, j’ai soif de votre amour, je souffre de... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
jeudi 15 octobre 2009

Ainsi va la vie

Une maisonTrois marchesUn champUn figuierUne enfant qui ritLa chaleur de l'étéL'odeur de l'herbeDes canards qui cavalentLa course des nuagesLe tabac qui sècheTête en basUne enfant qui grandit.Une autre maisonTrois autres marchesDes mots qui s'envolent sous la clarté lunairePause...OdeursDe la résineDes embrunsDu tourin de tomates du jardinDes glaïeuls arc-en-cielRacinesUne enfant qui vieillitEncore des marchesDes enfants qui jouentUn cartable tout neufCarré de chocolat et pain grilléUne femme qui s'accrocheLe coup de vent avant... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 12:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 12 octobre 2009

Non... pas le temps... je n'aurai pas le temps...

Il y a des moments dans la vie où le temps s'égrenne plus vite que prévu. Où tout ce qu'on a à faire ne tient pas dans le temps qu'on a devant soi. Où les aléas s'enchaînent sans qu'on ait le temps de souffler. Où ce qu'on doit régler l'emporte sur ce que l'on voudrait faire, vraiment. Sur ce qui nous porte, qui nous insuffle l'impression d'exister pour de bon, l'ancrage dans la vie, celle au moins qu'on aime vivre. Des moments où on ne peut qu'essayer de surnager. Je traverse une de ces périodes. J'essaie de me trouver du temps.... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 13:27 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
mardi 1 septembre 2009

Rencontre sur le haut plateau

Il suivit ses traces jusqu'à l'embranchement de la croix Daurade. L'air était vivifiant. L'altitude. Il avait dépassé les 2000 mètres, s'il en croyait son souffle laborieux. Avec un peu de chance, il n'allait pas tarder à le voir. Il avait reçu l'e-mail de Manu la veille : « Ai retrouvé sa piste près de la croix Daurade. Au moins deux traces distinctes. Aurait-il trouvé l'âme sœur ? » Il avait fourré dans son vieux sac sandwiches, gourde de café noir, I-book et cartes IGN du haut plateau et après une courte nuit, il s'était mis... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 21 août 2009

Saga, fin.

La porte. Elle avait dit :— Les familles heureuses se ressemblent toutes. Et, ô surprise, Louis avait immédiatement rétorqué : — Les familles malheureuses le sont chacune à leur façon. Nenette était restée clouée sur place. Ainsi, le nouveau L'avait lu ...et LE connaissait comme elle-même par coeur... Un signe du Destin ? Non, clairement non. Une coïncidence, voilà tout.Pourtant, il l'avait regardée. À ses yeux, elle existait, et n'était pas une potiche invisible et insignifiante, comme aux yeux des autres. Cet homme avait... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 12:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 9 août 2009

Saga de l'été, suite.

Voici donc les deux derniers personnages de ma saga estivale, pour Kaléïdoplumes : Louis Louis est le nouvel occupant de la maison des Pins, et donc le nouveau voisin des Capelle. Louis ne connaît personne et finalement personne ne le connaît autrement que de vue, ce qui, vous en conviendrez aisément, est totalement insuffisant, même dans la résidence Kaléid’été.Louis est à la retraite. Même Mylène n’a pas réussi à savoir quelle était son ancien métier, et c’est pas faute d’avoir tout essayé, croyez-en sa curiosité... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 7 août 2009

Saga de l'été

C'est l'été sur Kaléïdoplumes. C'est l'heure de la saga estivale. Un feuilleton en 5 épisodes. 4 personnages à présenter, et une fin qui les réunit tous...Voici les deux premiers personnages de mon feuilleton saga de l'été : Michèle, dite Nenette. — Ah... Le cirque va commencer, se dit-elle en repliant la lettre qu'elle venait de lire. Tous les ans, c'est la même chose. Car tous les ans, à la même époque, elle se rend à la maison de la Dune. C'est la résidence d'été de la famille Capelle. Et tous les ans, à la... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 27 juin 2009

Sous le figuier

D'abord, il y a la chaleur. Lourde, sèche, orageuse. Qui colle à la peau, alanguit les gestes, encotonne les pensées.Le regard fait un tour d'horizon, machinal plus que conscient. Il est là. À sa place. Comme tous les après-midi, c'est le figuier qui accueille son répit. Je viens de sortir de la cuisine, Le soleil au zénith cuit ma peau. Envie d'ombre.Je descend lentement les trois marches brûlantes. Mes pieds nus appellent la fraîcheur relative d'une herbe rare. Je m'avance vers lui.Il a le regard perdu sur le cours d'eau qu'on... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 21:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]