Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

mardi 8 mai 2007

la messe est dite...

Voilà. La messe est dite. Le petit sarko a touché son étoile. Et la belle ségo a insufflé d'un beau sourire un nouvel élan à sa lutte.

Je ne fais pas partie des heureux. Je fais partie de ceux qui sont méfiants. Parler ici de mes opinions politiques n'est pas vraiment ce que je pensais faire un jour... mais voilà. Petit sarko a touché son étoile.

Dès la première fois où je l'ai vu, je me suis méfiée de lui. De ses regards, surtout. Je suis quelqu'un qui attache une grande importance au regard. On dit qu'il est la fenêtre de l'âme. Eh bien, je n'aime pas ce qu'il dévoile de son âme, tu vois, lecteur...

J'ai entendu dire que cet homme est très différent de son image. Qu'il a un combat juste.
Je n'espère qu'une seule chose : que ce soit vrai.

Petit sarko, pour atteindre son inaccessible étoile, nous a fait des promesses en veux-tu en voilà. Je pense même que c'est l'homme politique engagé dans la course à la présidence qui en a fait le plus.
Eh bien, qu'il les tienne, maintenant. Dans les termes annoncés après sa victoire. Qu'il les tienne toutes ! Parce que personnellement, je ne vais en oublier aucune...

Mais au-delà de cette victoire pas vraiment surprenante, il y a une chose qui me gène encore plus, tu vois, lecteur...
C'est cette vague de haine revencharde que je lis, un peu partout. Elle se glisse dans des billets journalistiques, ou bien dans des commentaires acides, chez certains blogueurs que je lis. D'ailleurs, il se peut qu'ici même, il s'en glisse un, dès demain... du genre de celui-ci, lu chez une amie blogueuse :

"bonjour,
Même commentaire que chez xxx : on a gagné et on vous emmerde. continuez à pleurnicher.
bonne journée
F."

Edifiant, non ?
On a gagné. Non mais quelle connerie... gagné quoi, je te le demande, commentateur revenchard qui n'a même pas le cran de signer ses mots... gagné quoi, hein ? Petit sarko n'a pas gagné. Pas encore. Son vrai combat, ça commence maintenant. Et ça aurait été exactement la même chose si tes acolytes avaient oser placer une femme à la tête de ce pays. C'est maintenant qu'on va vous voir à l'oeuvre. Maintenant. Alors ne crie pas trop vite à la victoire. Et prie pour que ton héros bosse. Et bosse bien.

C'est ce qui me trouble le plus, finalement. Comme si il y avait une guerre. d'un coté les gentils sarkosistes, de l'autres les crétins de ségolénistes... ou l'inverse, selon le camp de départ de l'écrivant.
Ben j'en ai marre de ce clivage ! Marre de lire qu'à gauche, on peut ranger nos pavés, ou qu'à droite, on sait mieux comment redresser le pays.
Depuis le temps que ce pays est aux prises avec ces deux camps, on a pu voir à quel point ceux-ci ont essuyé des défaites ! Le chomage n'a pas baissé, ni sous la droite, ni sous la gauche. Le pouvoir d'achat, lui, si. sous tonton comme sous chirac...

Ça veut dire quoi, aujourd'hui, finalement, d'être de gauche, de droite ? Honnêtement, j'en sais plus rien. Ça me parait tellement dépassé, ce clivage.
Nous sommes des humains, qui partageons un pays. Nous avons la chance que ce pays soit démocratique. (enfin, jusqu'à présent). Et qu'il ait été le berceau d'un courant de pensée fort. Ça s'appelait je crois, le cercle des lumières...
Eh bien, elles sont bien ternes, ces lumières, aujourd'hui. Quand on voit le peu de cas que nous faisons de notre environnement, quand on voit comme le spectacle de gens qui dorment dehors ne nous étonne même plus, et puis j'arrete là la liste parce qu'elle serait bien trop longue... Ben je sais pas toi, lecteur, mais moi j'ai honte.

Honte de voir qu'on en reste à une guèguerre de couleur politique. Honte de constater que ça fait des lustres que je ne vote pas POUR quelqu'un, mais bien trop souvent CONTRE un autre.

Je vais tourner utopiste, je le sens. Mais je rêve d'un monde où ce sont les meilleurs qui gouvernent, pas les moins pires. Et ce quelle que soit leur couleur.

Dites-moi juste qu'il se peut qu'un jour....

Posté par patitouille à 01:52 - blabla - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires

  • Il se peut qu'un jour ... le monde se réveille sur un champ de ruines, que les clivages politiques traditionnels n'aient plus de sens, que le choix se fasse, tout simplement, entre ceux qui luttent pour leur seule survie et ceux qui luttent aussi pour la survie des autres.

    Il se peut qu'un jour ... nos enfants relèvent le défi, enterrent nos vieilles lunes et se rassemblent au delà de nos querelles séculaires.

    Il se peut qu'un jour ... le monde change vraiment.

    Posté par Ex Nihilo, mardi 8 mai 2007 à 08:45
  • une anonyme qui prend la plume ( ...le clavier lol !)....pour vous dire que je me reconnais dans votre billet du jour........j'aurais pu(du...) l'écrire si j'avais eu le courage (le temps, la volonté ...) de tenir un blog ...je deviens attentiste, je veux voir ...j'aimerais que ...5ans c'est très long mais aussi très court.
    bonne journée....

    Posté par Iza, mardi 8 mai 2007 à 10:51
  • Moi aussi j'en ai assez ce ce clivage droite gauche, et j'aimerai bien qu'il y ait un peu de solidarité et de tolérance entre les partis. La France devrait être qu'un seul bloc et pas des petits partis un peu partout où on jette la pierre à l'autre. Je ne pense pas du tout que sarko fera du bien à la France, mais j'ai peut être tort. à voir la suite des évenements....

    Posté par mdamerosa, mardi 8 mai 2007 à 11:10
  • C'est étrange... jusqu'alors, j'étais de gauche... une gauche légère, de coeur et de canapé... pas d'appel au grand soir... une petite gauche tranquille.
    La droite, je n'étais pas pour mais je n'avais rien contre. Avec la campagne électorale puis l'élection de sarko, soudainement la droite me dégoute... profondément.
    On nous parle de France unie, mais dans mon fort intérieur, le clivage n'a jamais été aussi important. Ce sont sans doute les mêmes personnes qui ont voté Chirac il y a 5 ans... mais dans mon esprit, ça ne résonne pas du tout de la même façon.
    C'est ridicule... je sais... mais j'ai un mouvement de recul quand on me dit avoir voté sarko...
    ça va passer... 5 ans... ça va passer

    Posté par Anna, mardi 8 mai 2007 à 11:56
  • Je me souviendrai toujours d'un cours d'histoire, un cours super intéressant, (avec une philosophie tout à fait neuve - du moins par rapport aux cours d'histoire que j'avais eu ici et là), où l'on nous expliquait comment une société "mourait" - je me comprends, pas les gens (enfin, si au fur et à mesure), mais un régime, une civilisation, et comment, ici et là, parfois de façon lointaine, des poches de population étaient le ferment d'autre chose, d'une autre civilisation en gestation (ex. Rome - ce qui reste de Rome en Gaule - et la naissance de la civilisation médiévale, française, occidentale). Ce que je dis est peut-être grandiloquent, mais nous sommes certainement dans la phase de recul, d'ensommeillement de quelque chose, mais il y a forcément, ici et là, des poches qui résisteront, et qui, de génération en génération, donneront naissance à autre chose. Je ne sais pas quoi, je ne sais pas où, je ne sais pas comment, mais déjà, il y a (j'y ai toujours cru), le fait d'écrire, de créer, et de se rencontrer sur Internet où des avis, des opinions convergent, où des rencontres se font, indépendamment des frontières, des appartenances, des nationalités dirais-je même. Le fait de partager des idées, d'en parler, d'écrire, chacun de son côté, mais aussi, de façon "réunie"... En se commentant les uns les autres, en échangeant nos points de vue... Et ça, rien ni personne ne nous empêchera de le faire, même si ce ne sera pas toujours facile - l'économique s'en mêlant parfois, pour nous emmêler les pinceaux...

    Posté par Pivoine, mardi 8 mai 2007 à 13:43
  • Restent 4 ans 362 jours 16 heures et 8 minutes avant les prochaines élections...
    Finalement... ça passe... mais très lentement...

    Posté par Anna, mardi 8 mai 2007 à 17:56
  • Bien que partageant ta déception, Pati, je ne serais pas aussi "pessimiste". Certes il y a des imbéciles revanchards, mais autant à gauche qu'à droite, hélas.

    Je n'apprécie pas nombre d'idées défendues par la droite, que je trouve manquer d'envergure, d'humanité, et de fraternité. Pour autant je ne veux pas aller dans le rejet, ou même une forme de haine comme on peut en voir ici ou là. Je crois que si on parle d'ouverture et de fraternité, il faut être capable de cette ouverture vers les différents de soi. Donc... les électeurs de droite.

    Je n'aime pas lire les marques de rejet (ce qui n'est pas ton cas) contre cette droite honnie par l'autre bord. Respecter l'autre, c'est aussi accepter qu'il pense différemment.

    Comme toi je n'aime pas (ressenti intérieur, intuitif) le regard et l'attitude de Sarkozy-candidat (ce qu'il est depuis sa naissance, d'après ce qui est dit...). Qu'en sera t-il de Sarkozy président ? C'est à voir.

    Cet homme a la rage de vaincre, depuis toujours. C'est un ambitieux hors-pair qui se bat pour ses idées et une certaine idée de la France. Qu'on l'apprécie ou pas il a ce mérite. Il s'est battu pour arriver là où il en est : au sommet. Peut-être est-ce aussi pour ça que beaucoup ne l'aiment pas ? Dommage qu'il n'aie pas des idées plus humanistes et partageuses... Mais peut-être est-ce incompatible avec l'accès au pouvoir, qui nécessite de prendre sa place au détriment des autres ? Se croire "le meilleur" (en tout cas pour défendre ses idées).
    Il aurait dit (je cite de mémoire): « lorsque je ne suis pas invité je viens avec mon repas et je m'installe au milieu des convives ». Je trouve que c'est assez éloquent...

    Posté par Pierre, mardi 8 mai 2007 à 19:55
  • Droite, gauche peu importe. Je dis facilement être de droite, mais avoir voté d'abord au centre, puis à gauche. Et pas POUR, mais CONTRE. Et même pas contre un parti, mais contre un homme qui me fait froid dans le dos et qui incarne tout ce que je hais dans le mâle.
    Et ce que je déplore, c'est la honte que certains de mon entourage éprouvaient à dire (avouer ?) qu'ils souhaitaient voter Sarkozy. Je m'explique : un cercle de personnes que je fréquente tous les jours (mes collègues pour ne pas les nommer) m'ont bassiné les oreilles avec Ségolène géniale par ci, Ségolène d'enfer par là, Ségolène à donf gnagna... Et une fois que Sarko a gagné, j'apprends que sur les 7 collègues concernés (dont moi), 2 seulement ont voté pour Royal (dont moi). Presque pas un n'est à la hauteur de ses idées. Est-il honteux de voter Sarkozy au même titre que de voter Le Pen ? Est il tellement honteux d'avoir voté pour lui qu'ils ont eu l'air d'AVOUER l'avoir fait ?
    Et qu'on ne me dise pas ensuite que je n'ai rien à craindre de cet homme...

    Posté par Nan', mardi 8 mai 2007 à 21:44
  • Et pour conclure, commentaire édifiant chez moi aussi, vulgaire, menaçant, et en espagnol, s'il vous plait !

    Posté par Nan', mardi 8 mai 2007 à 21:44
  • moi ce qui m'EMMERDE dans cette politique, c'est qu'il ne s'agisse plus de politique justement...
    QUI cherche le bien-être des gens-qui-ont-un-quotidien-bien-concret?
    personne, j'ai l'impression.
    il s'agit souvent (toujours?) de ne pas perdre la face devant le parti adverse...
    même pour organiser une kermesse d'école, pour le profit de l'école -des enfants!-, on se retrouve dans ces clivages droite/gauche... j'ai vécu ça mille fois! bon d'ac peut-être que cinquante fois, mais c'est cinquante fois de trop.
    suis écouerée...

    Posté par lamere, mardi 8 mai 2007 à 22:43
  • oh m...
    "écoeurée"

    Posté par lamere, mardi 8 mai 2007 à 22:44
  • Lamere > quand il ne s'agit pas de ne pas perdre la face dans son propre parti !

    Posté par Nan', mercredi 9 mai 2007 à 11:30
  • mes réponses

    ex nihilo > oui, comme toi, je fonde beaucoup sur nos enfants. je crois, profondément, en l'humain.
    l'avenir est noir, et voué à une fin planétaire programmée, dans quelques milliers d'années (moins, si on ne prend pas soin de notre planete). mais j'espère que d'ici-là, nos enfants auront compris deux trois bricoles, et réparé les erreurs de leurs ainés. surtout en politique.
    je veux y croire

    iza, mdamerose > merci et bienvenue.

    anna > oui, cinq ans c'est une goutte d'eau dans l'histoire de la planête. et je n'espère qu'une chose : que ça passe plus vite que je ne le crains.. bises à toi, la belle

    pivoine > comme toi, je crois beaucoup en l'écrit. quand il est posé, raisonné, calme, et qui n'attise pas bêtement les rancunes et les colères. à tout bientôt ! (une semaine ! ) )

    pierre > je reconnais bien là ton regard lucide mais qui sait rester ouvert. et j'apprécie ça chez toi. laisser sa chance, oui. c'est très exactement ce que je vais faire. comme dit dans mon billet, il a parlé. j'attend maintenant de voir comment il va agir. ensuite, il sera temps d'en tirer des conclusions. le faire avant serait faire le jeu de gens que je n'aime pas.

    nanou > tu dis avoir voté "contre un homme qui me fait froid dans le dos et qui incarne tout ce que je hais dans le mâle." je comprend pourquoi ces mots nan'. mais il ne faut pas confondre les genres. même si je ne l'aime pas particulièrement, petit sarko ne ressemble pas aux hommes qui t'ont blessée.
    lui ne se cache pas de ce qu'il croit. en ce sens, il est certainement bien plus sincère que ceux qui ont pu te blesser. lui ne mise pas sur la confiance, pour la trahir. il se sait déjà hai par la moitié du pays. et c'est, d'ailleurs et à mon sens, une des raisons de ses regards que je n'apprécie pas chez lui. il est en bataille, et ça se voit.
    mais on ne peut pas lui oter sa franchise, à ce sujet-là, du moins. pour le reste, j'attendrai de voir, pour condamner.

    lamère, ma payse > tu conclues comme je le souhaitais cette vague de commentaires. en insistant sur ce que nous perdons de vue, finalement. nous devrions être à même de prendre le meilleur, chez l'autre, qu'il soit de gauche ou de droite, on s'en fout. on voudrait juste de l'efficacité, pour une fois...
    j'espère que ça changera. être écoeurée, je le comprend, mais ça ne peut suffire. il faut rebondir, et aller vers des solutions nouvelles. qui ne se basent plus sur les idéaux politiques, mais sur la valeur des gens qui les représentent, ces idéaux.

    à tous > merci. beaucoup. d'avoir commenté dans le respect. d'avoir évoqué vos craintes et vos attentes sereinement.
    je ne voulais pas faire de billet politique en ce lieu. mais la politique fait partie intégrante de nos vies. de ma vie. la politique est avant toute histoire de clivage, de gueguerre de clan, le moyen de vivre en société. en bonne intelligence. le rappeler, le seriner, rappeler que vivre en groupe, c'est déjà faire de la politique, arrivera peut-être à rendre ses lettres de noblesse, à un mot qui n'aurait jamais dû les perdre.

    Posté par pati, mercredi 9 mai 2007 à 12:22
  • bonjour

    comme beaucoup, j'ai eu une grande crainte et un certain raz le bol, je l'ai exprimé sur mon blog.... et puis est arrivé le second tour... les votes, et le résultat qui est : que Mr Sarkozi (on va écrire simple) est président.
    vous voyez pati, en parlant de "Petit sarko" vous orientez votre débat, en le diminuant, abaissant, etcetcetc....
    Moi aussi j'ai des peurs, de vraies, car qui que ce soit, à tenir les rennes, je pense qu'il va falloir agir et le faire avec un grand A pour changer la société et donner à ceux qui n'ont pas. alors forcément il va falloir partager, et le partage c'est beau mais ce n'est pas facile à faire !
    alors oui, j'ai peur que la ville se réveille, que les campagnes pleurent... que les Hommes se déchirent ou les Jeunes se révoltent.
    gauche ou droite, il faut réagir humainement et se solidariser pour construire un monde nouveau...
    Merci à vous pati, d'avoir permis ce temps du dialogue

    Posté par rsylvie, mercredi 9 mai 2007 à 13:55
  • Monsieur le président

    Je constate que de toute façon son éléction a fait couler beaucoup de touches. De partout ! 9a parle que de lui ! Tout le monde râle même ceux qui sont contents ! C'est fou comme il a fait péter un câble à tout le monde ! J'imagine Cecilia… Elle va en passer des nuits blanches…à broyer du noir…

    Posté par nina de zio, mercredi 9 mai 2007 à 14:41
  • Certes Pati... les échos sont difficiles à gérer dans ma vie. Enfin... Ce qui me destabilise en plus, en dehors de tout ça, c'est le changement d'humeur ou son changement de comportement, un revirement de caractère très soudain. Et c'est en ce sens que je lui reproche sa "franchise".

    Maintenant, je ne condamne pas, j'attends de voir. On ne sait jamais...

    Et je pensais me réfugier au Pôle Nord, mais à voir comment il est déchiré entre Groenland, Danemark et Etats Unis, on est finalement mieux dans ton jardin

    Posté par Nan', mercredi 9 mai 2007 à 15:40
  • "il faut rebondir"
    mdr ! t'as d'jà vu un basque pas bondissant toi? )))

    Posté par payse, mercredi 9 mai 2007 à 23:06
  • J'ai trouvé grotesque le rassemblement à la Concorde avec cette brochette de people qui chantaient la marseillaise à tue-tête (Montagné, Mireille Mathieu, Enrico Mathias, mais d'où est-ce qu'il les sort ?).

    Bernard Tapie qui revient sur le devant de la scène parce qu'il sait qu'il va faire plein de profits grâce à Sarko.
    Le MEDEF doit se frotter les mains.

    Posté par ZEL, mercredi 9 mai 2007 à 23:53
  • vous dites qu'il n'y a plus de clivage ?

    je pense que si ! je pense que cette fois, justement, nous avions deux choix de sociétés qui nous étaient proposés. Derrière les p'tites vacheries exacerbées par les médias, derrière les fioritures (vedettes ressorties des tiroirs...), derrière des mises en scènes, des propagandes, derrière tout cela, il y avait deux choix très nets : soit on souhaitait un pays pour tous (même ceux qui n'ont pas tous les atouts de leurs côtés), soit on avait envie d'un pays libéral où chacun se débrouille pour s'en sortir au mieux pour sa pomme. Je schématise sûrement mais je ne comprend pas que l'on ait pu dire " bof, tt ça, c'est du pareil au même ! " La grande majorité a opté pour le libéralisme ! soit ! la démocratie a parlé ! tentons d'enseigner à nos enfants que la vie communautaire passe par d'autres valeurs.

    Merci pour ton commentaire sur un autre site!

    Posté par cathy, mercredi 16 mai 2007 à 17:00

Poster un commentaire