Les Mots de Pati

espace privé d'écriture, histoire simple d'une famille simple, billets d'humeurs, moi, quoi.

mardi 22 mai 2007

rebonds...

étonnant, tout de même, ce flot de réactions depuis ce joli jeudi... chez ceux qui en étaient absents, j'entend.

parce que chez les neuf de ma recette (oué, dix, ça va, rhooo), c'est assez logique, somme toute. car voir ainsi se matérialiser ce qu'on espère de l'autre, constater que l'écho des mots est confirmé par la vue, c'est carrément jouissif :)
et quand je dis confirmé, je devrais dire amplifié, puisque vécu à plusieurs et non plus à deux (celui qui écrit et celui qui lit), et relaté de même, par 90 doigts nerveux et rapides, courant sur 9 claviers disséminés deci delà.

chacun de nous y a été de son petit (ou long) compte-rendu. finalement, l'image que je vais garder, c'est celle qu'a soufflé nan', au travers du regard de sa fille julie.
parce que c'est vrai que la gamine est du genre farouche, d'ordinaire. et c'est tout aussi vrai que pourtant, ce jour-là, elle a tendu la main à tous, souri à tous, et de si belle façon. et ma nan' de conclure :
"Elle nous a pris comme un tout, comme une entité, une bulle presque, et n'a oublié personne". un groupe soudé. à l'unisson. ancré dans l'instant. ce que neuf adultes mettent des jours et des pages à digérer, cette gosse d'un an à peine l'a ressenti dans l'instant.
alors magie, oui.

mais les autres ? ceux qui nous ont lu, écrit, en comm ou par mail, suivi, de notes en entrées, de commentaires en rebonds ? qu'en ont-ils ressorti, eux ?
en général, l'envie prédomine. par envie, j'entend l'envie positive, hein ! de celle qui fait avancer. qui fait dire "tu m'as donné l'envie de me lancer à mon tour, de rencontrer, de vivre la nouveauté de l'instant, au-delà de mes peurs".
beaucoup se sont réjouis, pour moi (pour nous!). une, même, m'a confié que ça la confortait dans ce qu'elle pressentait, à nous lire. cette façon commune d'introspecter, de dissequer les ressentis, de se creuser le neurone, quoi ! ne pouvait que nous rapprocher, "en vrai".
Jusqu'à ce lecteur, qui m'écrit avoir trouvé le courage dans nos écrits respectifs de renouer avec un vieil ami, perdu de vue depuis des années, lui qui n'avait jamais trouvé le courage de choper le téléphone pour le joindre ! juste parce qu'il avait eu envie, à nous lire, de vivre l'instant, lui aussi. ( merci, pour ce mail :)) )

je suis sincèrement épatée par ce ressac inattendu, chez vous. et pour que vous ne soyez pas en reste, sachez que vous lire, tous, a engendré une nouvelle vague de sujets de réflexion, chez mes ingrédients de cuisine !! ;)
comme quoi, le mitonnage ne cesse jamais vraiment, mais rebondit, encore et encore.

ainsi chez Pierre, on peut se demander si raconter un fait, le coucher par écrit, ne renforce-t-il pas son impact sur nous-même, surtout si le récit est à plusieurs mains ? exacerbe-t-on nos émotions, en les écrivant ?
chez Alain, on se demande plutôt et après ? que faire de ce lien, de cette énergie, de ce partage ? en quoi va-t-il, ou peut-il modifier la donne, dans nos relations aux autres ? le phénomène peut-t-il s'étendre ? (mais à vous lire, on a un début de réponse, non ? :)) )
il s'interroge aussi sur le rapport aux proches. comment vivent-ils ces incursions d'un monde virtuel dans la sphère familiale, ou amicale, qui souvent, ne connait pas grand'chose des blogs ?

questions que l'on retrouve ailleurs, posées un peu différemment : la part d'intime échangée entre blogueurs est-elle, doit-elle être en conflit avec l'intimité d'un couple, ou d'une famille ? comment gérer l'inquiétde d'un compagnon, ou d'une femme, face à ces êtres qui passent du virtuel au réel, sans encombre, parlant de tout, sans fard, sans gène alors que ce genre de discussion est rare et difficile, dans un couple ?
quelle est la part de séduction intrinsèque, entre nous ? met-elle en danger nos relations de couple ? et comment ?

la séduction. elle est partout. elle se faufile dans la moindre de nos attitudes, le moindre mot, parfois intentionnelle, parfois inconsciente. c'est elle qui nous draine les uns vers les autres, nous relie, nous met en contact. c'est elle qui nous pousse à agir, à oser.
pour moi, en tout cas.
je le dis simplement. parce que je l'assume, pleinement. oui, évidemment que j'ai envie de plaire. de séduire. un lecteur ou une nouvelle connaissance.
je ne parle pas de séduction physique (encore que...), mais bien morale. intellectuelle ; celle qui pousse à lire quelqu'un parce que ses mots nous comblent, ou nous touchent, ou font un tel écho avec notre propre histoire qu'on se voit comme en miroir dans les mots de l'autre.
bien sûr que l'amitié est aussi affaire de séduction.
même se plaire à soi est du domaine de dame séduction. on sait comment se plaire facilement. le tout est de savoir doser. entre envie de séduire et fausse apparence, le fossé peut être mince. il faut doser, pour rester vrai. et donc bien se connaitre, et connaitre ses limites.

ainsi, je sais quel type de note amènerait ici un certain lectorat, et en refoulerait un autre. mais quel intérêt, si ça ne reste que jeu de facade ? si derrière la manoeuvre, il n'y a pas MOI ? en ce que j'ai de vrai, de dense ?
alors, ma séduction, je la plaque à mon envie de vrai. dans mes mots de tous les jours, dans mes textes, dans mes notes bio. même là, dans ce bidouillage de neurone à deux balles, elle y est. et elle est la même, dans mes rencontres, dans mon boulot (ben oui, jamais été fichue d'apprendre la langue de bois, pfff ^^ )

et vous êtes séduit.

ou pas. ;))

Posté par patitouille à 19:35 - blabla - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • Et bien moi je suis séduit ! Séduit par cette façon que tu as de dire des choses profondes avec des mots légers, séduit par le regard amical que tu poses sur l'autre quand tu écris, séduit par le recul que tu as sur le monde et sur ceux qui s'imaginent le faire tourner, séduit par ta générosité de coeur et ton ouverture d'esprit.

    Tu dois avoir des ancêtres marins pour être capable de naviguer ainsi en évitant les écueils sur lesquels tant de blogs échouent...

    A moins que tu ne sois tout simplement le gardien de phare de nos rêves

    Posté par Ex Nihilo, mardi 22 mai 2007 à 21:47
  • Mais y a pas d'souci, Pati ! On est mieux que séduit, tout de même (!) Même l'amie Pivrose m'a dit qu'elle avait lu ton compte-rendu et qu'elle l'avait beaucoup aimé. Comme quoi ! Il n'y a pas que les neuf qui te lisent (euh, 9, 10? J'ai jamais été très forte en calcul... lol), il y a les lecteurs aussi, mais aussi, ceux qui sont attentifs à de bonnes ondes qui circulent bien

    Posté par Pivoine, mardi 22 mai 2007 à 23:46
  • à ton avis ?
    oui !!! séduite )

    séduite par cette facilité que tu sembles avoir à faire si bien passer les choses ...
    séduite par tes mots francs , par la force que tu dégages ...
    séduite ... tout comme ex nihilo ( c'est énervant, je passe souvent après lui et c'est super dur d'écrire, alors ... il a déjà tout si bien dit !)

    Posté par marie, mardi 22 mai 2007 à 23:47

Poster un commentaire